avril 21, 2021

Yik Yak

Forum

L'Australie va adopter une loi qui pourrait emprisonner les dirigeants des médias sociaux pour des images terroristes

Temps de lecture 2 mn

L’Australie s’est engagée samedi à présenter de nouvelles lois prévoyant l’emprisonnement de dirigeants de médias sociaux et la condamnation de plusieurs géants de la technologie à des amendes pour avoir omis de retirer du contenu extrémiste de leurs plateformes.

La nouvelle législation rigoureuse sera présentée au Parlement la semaine prochaine, alors que Canberra insiste pour que les entreprises de médias sociaux empêchent les terroristes de «personnaliser leurs plates-formes» à la suite des attaques de la mosquée de Christchurch.

Facebook a déclaré qu'il avait "rapidement" supprimé 1,5 million de vidéos du massacre de la suprématie blanche en streaming sur la plateforme de médias sociaux.

Une vidéo de 17 minutes sur le déchaînement du 15 mars qui a coûté la vie à 50 personnes était largement disponible en ligne et les experts ont indiqué qu’elle était facilement récupérable plusieurs heures après l’attaque.

«Les grandes entreprises de médias sociaux ont la responsabilité de prendre toutes les mesures possibles pour que leurs produits technologiques ne soient pas exploités par des terroristes meurtriers», a déclaré le Premier ministre Scott Morrison dans un communiqué.

Morrison, qui a rencontré un certain nombre de sociétés de technologie mardi – y compris Facebook, Twitter et Google – a déclaré que l'Australie encouragerait les autres pays du G20 à demander des comptes aux entreprises de médias sociaux.

Le procureur général, Christian Porter, a déclaré que les nouvelles lois rendraient criminelles les plates-formes qui ne prenaient pas rapidement "des documents violents et odieux", telles que des attaques terroristes, des meurtres ou des viols.

Les dirigeants pourraient être condamnés à trois ans de prison pour ne pas l'avoir fait, a-t-il ajouté, tandis que les plateformes de médias sociaux – dont les revenus annuels pourraient atteindre des dizaines de milliards – seraient passibles d'une amende pouvant aller jusqu'à 10% de leur chiffre d'affaires annuel.

«Les médias traditionnels diffusant ce type de matériel mettraient leur licence en péril et il n'y a aucune raison pour que les plateformes de médias sociaux soient traitées différemment», a déclaré Porter.

Le gouvernement, Mitch Fifield, a déclaré samedi aux journalistes que le gouvernement était "déçu" par la réponse des géants de la technologie lors de leur réunion de mardi avec Morrison.

Mais Nigel Phair, expert en cyber-sécurité de l'Université de New South Wales, a mis en doute la capacité des lois australiennes proposées d'imposer des peines d'emprisonnement.

"La sanction ne concerne que les dirigeants australiens et, dans l’ensemble, ce sont des responsables marketing, et non ceux responsables de la gestion et de la maintenance de la plate-forme", a-t-il déclaré à SBS, plus tôt cette semaine.

MONTRE PLUS

Dernière mise à jour: samedi 30 mars 2019 KSA 09:29 – GMT 06:29

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Protected with IP Blacklist CloudIP Blacklist Cloud
Copyright © All rights reserved. | YikYakForum