mars 1, 2021

Yik Yak

Forum

Les complications du véganisme en Palestine

Temps de lecture 8 mn

Inscrivez vous pour

Nos lettres d'information gratuites

Hamed al-Amouri avait l'habitude d'étaler la pâte et de la farcir de garniture végétalienne au chocolat ou à la crème coagulée. Il plaçait soigneusement les pâtisseries dans un four brûlant avant de les laisser refroidir sur une plaque de marbre, avec un soupçon de cannelle.

Lui et son associé, Khaled Safi, un végétarien, étaient propriétaires de ce qu'ils disent être la première et unique boulangerie de pâtisserie végétalienne dans les territoires palestiniens occupés. La boulangerie a ouvert ses portes en 2016 à Al-Jalazone, un camp de réfugiés d'environ 14 000 habitants situé à la périphérie de la ville de Ramallah en Cisjordanie.

Khaled et Amouri voulaient à l'origine ouvrir une boulangerie ordinaire, mais le frère de Khaled, Ahmed Safi, un défenseur des droits des animaux qui a cofondé la Palestinian Animal League en 2011, a suggéré de se spécialiser dans les produits végétaliens. Ahmed était devenu végétalien en 2014 dans le cadre de son engagement en faveur des droits des animaux.

Hamed al-Amouri établit la pâte en déroulant les bulles d'air emprisonnées | (Dalia Hatuqa / Gracieuseté PRI)

La boulangerie a vendu un assortiment de gâteaux; brioches à la cannelle, au chocolat et à la confiture; petits gâteaux; éclairs; gâteaux pop; et des muffins, ainsi que des gâteaux de mariage végétaliens sur demande. Amouri a utilisé du bicarbonate de soude et du vinaigre comme substituts de l'œuf et de la margarine végétalienne à la place du beurre. "La boulangerie végétalienne est une excellente alternative aux boulangeries traditionnelles", a déclaré Khaled. "Les produits végétaliens sont plus sains et si vous regardez les habitants de l'ouest, ils se dirigent tous vers le véganisme."

Les résidents de Jalazone ont réagi positivement à la boulangerie, mais il lui manquait toujours des clients stables. "Notre problème était que nous avions besoin d'une demande constante", a déclaré Khaled. "Les gens doivent venir à l'idée de produits végétaliens."

Tous leurs ingrédients étaient soit de fabrication palestinienne, soit importés – rien n'était israélien – ce qui les rend coûteux, ce qui a des répercussions sur la demande et fait de la commercialisation de leurs produits un défi, a déclaré Khaled. La boulangerie a dû fermer ses portes l'année dernière. "Il y avait une demande, mais ce n'était pas suffisant", a déclaré Khaled. "Il était difficile de commercialiser nos produits. Et il n'y a pas assez de prise de conscience sociale des avantages du végétalisme."

Entre-temps, de l'autre côté du mur qui sépare les Palestiniens d'Israël et de Jérusalem des Palestiniens et des Palestiniens, les Israéliens ont adopté le véganisme plus que toute autre population par habitant: 5% évitent les produits d'origine animale.

Hamed al-Amouri coupe chaque morceau de pâte en petites pièces | (Dalia Hatuqa / Gracieuseté PRI)

Mais la communauté végétalienne naissante des territoires palestiniens hésite à coopérer avec la communauté végétalienne d'Israël sur des projets d'intérêt commun en raison de son emprise de longue date sur la population palestinienne. Israël occupe la Cisjordanie depuis 1967 et a imposé des points de contrôle systématiques et des barrières accusées de restreindre et de violer les droits fondamentaux des Palestiniens.

Ahmed adhère strictement au mouvement BDS (boycott, désinvestissement et sanctions) visant à exercer des pressions économiques et politiques sur Israël pour qu'il mette fin à l'occupation des territoires arabes. "Nous les boycotterons jusqu'à ce qu'ils prennent clairement position contre l'occupation israélienne [of the West Bank and Gaza] et jusqu'à ce qu'ils reconnaissent que nos droits humains sont également importants ", a déclaré Ahmed.

Israël s'est longtemps présenté comme un refuge végétalien dans une région où l'on mange de la viande, a déclaré Ahmed. L'armée israélienne est fière de fournir des repas spécialisés et des bottes sans cuir à ses soldats végétaliens. La cafétéria de la Knesset a ouvert le lundi sans viande le lundi en 2014. Pour Ahmed, il s'agit d'un "lavage végétalien" – utiliser le véganisme pour polir l'image d'Israël.

Mais les forces de défense israéliennes sont en désaccord. "Le parallèle établi entre la préoccupation de l'armée israélienne pour ses soldats végétaliens et les violations des droits de l'homme est cynique et hors de propos", a déclaré un porte-parole. "Les FDI agissent pour assurer la sécurité contre les groupes terroristes actifs."

Pourtant, l'occupation israélienne est une contradiction pour Ahmed lorsqu'il s'agit de la position d'Israël sur les droits des animaux et le bien-être humain. "A quoi sert-il si un soldat israélien est végétalien et porte des bottes sans cuir si son arme est dirigée contre les Palestiniens?" Il a demandé.

Près de 300 Palestiniens de Cisjordanie – y compris Jérusalem-Est – et de Gaza ont été tués par les forces israéliennes en 2018, selon le Bureau de la coordination des affaires humanitaires des Nations Unies. Près de 32 000 ont été blessés cette année seulement.

Visions végétaliennes dans les territoires palestiniens

Les frères Safi estiment que le véganisme et le bien-être des animaux vont de pair. En 2016, à peu près au même moment où Khaled et Amouri avaient ouvert leur boulangerie dans le camp de réfugiés, la Ligue des animaux palestiniens d'Ahmed avait soutenu l'ouverture de Sudfeh, une cafétéria végétalienne située sur le campus de l'université Al-Quds, une institution palestinienne à Abu Dis, à Jérusalem. banlieue.

Hamed al-Amouri a utilisé du bicarbonate de soude et du vinaigre pour remplacer les œufs, et de la margarine végétalienne au lieu de beurre | (Dalia Hatuqa / Gracieuseté PRI)

La ligue a lancé un appel mondial à des fonds dans l'espoir que la nouvelle entreprise sensibilise l'opinion publique au bien-être des animaux tout en fournissant aux étudiants universitaires des aliments sains à base de plantes. Les repas ont été inspirés par des recettes palestiniennes traditionnelles naturellement telles que l'houmous, les feuilles de vigne farcies, le mjadara (lentilles aux oignons caramélisés) et d'autres mets sans viande.

"Nous soulignons que la cuisine d'origine palestinienne repose sur des légumes, des légumineuses et des graines. Nous disons aux gens que c'est le choix humanitaire, le plus sain et le moins cher", a déclaré Ahmed. "Si vous devenez végétalien, vous économiserez de l'argent, vous deviendrez en meilleure santé et, surtout, vous ne violerez pas les droits des autres créatures." Mais les clients sceptiques ne pouvaient pas accepter pleinement l'idée d'un régime végétalien. Ils se sont plaints des prix élevés et des produits laitiers prévus au menu, et la cafétéria a été forcée de fermer ses portes.

Des raisons économiques, sociales et religieuses pourraient en partie expliquer pourquoi le véganisme ne s'est pas généralisé dans les territoires palestiniens. Laila el-Haddad, gastronome et auteure palestinienne, a expliqué que l'agriculture et la cuisine traditionnelles palestiniennes étaient saisonnières, à base de légumes et basées sur des céréales. Mais les plats de viande étaient servis lors d'occasions spéciales, lorsqu'un bébé était né, qu'un visiteur était en ville ou un jour de fête religieuse.

"C'est un privilège de pouvoir prendre une décision consciente d'omettre les produits d'origine animale de votre alimentation", a déclaré Haddad. "À Gaza, d'où je viens, la grande majorité survit avec moins de 2 dollars par jour – et avec le peu qu'ils ont, ils ont du mal à accéder aux produits mis à leur disposition sur le marché en utilisant les rations qu'ils pourraient avoir reçues d'organisations humanitaires, etc. , de sorte qu'ils n'ont pas le luxe de prendre une décision comme [turning vegan] parce que c'est bon pour l'environnement ou leur santé. Ils ne sont même pas à ce niveau. Ils sont en mode de survie. "

"Dans le Coran, vous mangez des primes que Dieu vous a fournies, mais vous le faites dans le respect de l'environnement et des animaux", a-t-elle déclaré. "En le regardant à partir de ces lentilles, vous pouvez commencer à comprendre pourquoi le végétalisme n'est pas aussi populaire."

Mettre fin aux cycles de violence

Le véganisme n'a pas encore laissé d'empreinte sur les territoires palestiniens, mais les frères Safi sont devenus des piliers du petit mouvement sans viande en Cisjordanie, centré sur le bien-être et la compassion des animaux. "En tant que Palestiniens, nous avons souffert d'injustices et de dépression, alors pourquoi devrions-nous maltraiter des créatures plus petites?" Ahmed a dit. "Nous ne voulons pas que le cycle de la violence se poursuive. C'est le thème central de notre travail dans la ligue."

À Tulkarem, dans le nord de la Cisjordanie, la Ligue des animaux de Palestine a sauvé et stérilisé plus de 1 000 chiens errants. Il travaille également avec les Palestiniens bédouins dans le Wadi al-Qelt, un profond canyon qui s'étend de la banlieue de Jérusalem à Jéricho, afin de créer de meilleures conditions pour le travail des animaux. La ligue a récemment ouvert une clinique vétérinaire au siège de Ramallah, offrant à un vétérinaire deux jours par semaine la possibilité de voir les animaux ayant besoin d’un prix modique.

Pourtant, la politique de l'occupation a une incidence sur tous les aspects du travail du groupe. Lors du lancement de son programme de stérilisation pour chiens, la ligue a constaté que certains médicaments nécessaires au dispensaire étaient soit interdits, soit nécessitaient une autorisation spéciale des autorités israéliennes pour entrer en Cisjordanie. La ligue a dû payer d'importants droits de douane pour importer des cages à pièges et des filets utilisés pour attraper les chiens errants, que les autorités israéliennes ont conservées pendant trois mois, ce qui a coûté au groupe des amendes supplémentaires pour le stockage.

Selon Applied Research Institute – Jerusalem, un groupe basé à Bethléem qui promeut le développement durable, les procédures de conformité aux frontières imposées aux exportateurs palestiniens sont 2,6 fois supérieures à celles imposées à leurs homologues israéliens, leur imposant plus du double du coût associé à ces retards. "Nous avons payé 1 700 dollars pour cet équipement, mais nous avons également dû payer 2 000 dollars supplémentaires pour divers frais de stockage et autres frais à divers ministères israéliens. À l'avenir, nous essaierons de les fabriquer localement", a déclaré Ahmed.

La Ligue animale palestinienne estime que les droits de l'homme et des animaux sont indissociables et que leurs efforts continus pour protéger les animaux vulnérables sont un moyen de canaliser leurs frustrations face à la vie sous l'occupation israélienne.

Ces jours-ci, les frères Safi se concentrent sur la clinique vétérinaire et sensibilisent aux droits de l'homme et des animaux. Ils cherchent également des espaces pour rouvrir Sudfeh dans le cadre plus favorable aux végétaliens de Ramallah, dans l’espoir de faire du véganisme une nouvelle norme.

Cet article a paru à l'origine dans le monde de PRI.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Revoir l'actu récente

Copyright © All rights reserved. | YikYakForum