Les écoles enseignent la musique, les mathématiques et le codage – pourquoi pas empathie, ténacité et estime de soi?

L'Association canadienne pour la santé mentale réclame une nouvelle stratégie de promotion de la santé mentale pour lutter contre la maladie mentale.

TORONTO, le 6 mai 2019 / CNW / – À l'occasion de sa 68e semaine annuelle de la santé mentale, le Association canadienne pour la santé mentale (ACSM) demande une stratégie nationale de promotion de la santé mentale pour aider à renforcer la santé mentale des Canadiens face aux taux croissants de maladies mentales dans le monde. Cet appel est l’une des six recommandations énoncées dans un nouveau document de politique nationale de l’ACSM intitulé Cohésif, collaboratif, collectif: faire progresser la promotion de la santé mentale au Canada, publié aujourd’hui.

"La plupart des efforts pour soutenir la santé mentale au Canada sont axés sur le traitement de la toxicomanie ou de la maladie, ou sur la gestion des symptômes, et non sur l'amélioration de la santé mentale – et même ces services de traitement ne permettent pas de répondre à un besoin croissant", a déclaré le Dr Patrick Smith, directeur général national. , ACSM. "Tous les signes laissent penser que nous ne serons pas en mesure de nous sortir de cette crise. Nous devons nous en sortir."

Il est prouvé que les efforts de promotion de la santé mentale, tels que les programmes de prévention du suicide et la formation aux compétences communautaires visant à gérer la colère, à réduire le stress et à lutter contre les comportements à risque, améliorent la santé mentale de la population et réduisent les dépenses des secteurs public et privé en soins de santé mentale. . À ce jour, les efforts disparates du Canada pour promouvoir la santé mentale dans des environnements clés tels que les écoles, les lieux de travail et les communautés ont été trop sous-financés ou non coordonnés pour produire un impact à grande échelle ou à long terme.

"Nous comprenons tous que nous devons nous brosser les dents pour éviter les caries. Nous enseignons à nos enfants la sécurité contre le feu afin d'éviter les incendies résidentiels. Mais notre société ne comprend toujours pas qu'il en va de même pour la santé mentale", explique le Dr Smith. "Attendre que la maison soit en feu, c'est trop tard pour apprendre aux enfants à ne pas jouer avec des allumettes."

Étant donné que 70% des problèmes de santé mentale commencent au cours de l'enfance et de l'adolescence et que les efforts de promotion de la santé mentale sont plus efficaces lorsqu'ils commencent tôt dans la vie, les écoles constituent un cadre idéal pour promouvoir une bonne santé mentale chez les Canadiens. Les approches basées sur l'école, telles que les programmes d'apprentissage social et émotionnel (SEL), peuvent aider les élèves à développer l'empathie, la ténacité et l'estime de soi, ainsi que le contrôle des impulsions et la maîtrise de soi, à gérer la colère et le stress, à identifier les émotions et à s'entendre avec les autres .

Sur le marché du travail, qui regroupe 60% des 16 ans et plus, il existe des preuves solides que les programmes de promotion de la santé mentale en milieu de travail réduisent efficacement l'absentéisme et le présentéisme, améliorent la productivité et réduisent les coûts des soins de santé.

"Lorsque nous comprenons ce qu'est réellement la santé mentale, nous commençons à comprendre que c'est ce que nous avons tous. Le système de soins de santé mentale de demain ne concerne pas uniquement les cliniques ou les hôpitaux; il se trouve sur les lieux de travail et dans les écoles, et sert non seulement des populations patients individuels ", explique le Dr Smith.

Pour être efficace, la stratégie nationale de promotion de la santé mentale doit être correctement coordonnée, bien financée, soutenue et surveillée. Pour réussir, la stratégie doit: prendre en compte les incidences sur la santé mentale des politiques et des programmes fédéraux dans tous les ministères et ministères; inclure une augmentation de la part du budget de la santé consacrée à la santé mentale de 9,2% à 9%; reproduire et intensifier les programmes qui s'attaquent aux inégalités sociales et aux disparités qui nuisent à la santé mentale et investissent dans des campagnes de marketing social.

Le document d'orientation recommande que la stratégie s'accompagne d'une augmentation de 2% des dépenses sociales visant à promouvoir l'inclusion sociale, le droit de ne pas être soumis à la violence et à la discrimination et l'accès aux opportunités économiques, en accordant une attention particulière aux adultes plus âgés confrontés à la solitude, aux jeunes confrontés au stress social. l’âge des médias et les personnes sans emploi et sous-employées dans l’économie de marché actuelle.

En mettant davantage l'accent sur la promotion de la santé mentale et les efforts de prévention, nous servirons mieux tous les Canadiens, y compris ceux qui souffrent de maladie mentale, car cela allégera la pression exercée sur le système de soins de courte durée. Une des raisons pour lesquelles nous avons de longs délais d’attente et des obstacles à l’accès tient au fait que, par exemple, les personnes souffrant d’anxiété ou de dépression légère à modérée attendent de voir un psychiatre pour obtenir de l’aide, alors qu’elles pourraient être mieux servies par d’autres services de santé communautaires. professionnels de la santé.

"Nous pouvons voir où le besoin est sur le point de croître – dans notre population vieillissante, chez les jeunes qui grandissent dans un monde numérique et déconnecté, et chez ceux qui ont un travail précaire. Nous avons des preuves que la promotion de la santé mentale peut répondre à ces besoins croissants, mais nous ne pouvons pas simplement investir dans des lits d'hôpitaux, des programmes de lutte contre le harcèlement dans les écoles. Le système de santé mentale du futur a besoin des deux », explique le Dr Smith.

Pour en savoir plus sur la Semaine de la santé mentale de l'ACSM, une campagne de marketing social visant à renseigner les Canadiens sur la véritable santé mentale, généreusement appuyée par Sleep Country Canada, Serta, Salesforce, CGI, Oziel Law et Not Myself Aujourd'hui, veuillez visiter www.mentalhealthweek.ca .

Pour télécharger le rapport sommaire de Cohesive, Collaborative, Collective: Promotion de la promotion de la santé mentale au Canada, ou le rapport complet de 57 pages, veuillez cliquer ici.

À propos de l'Association canadienne pour la santé mentale
Fondée en 1918, l'Association canadienne pour la santé mentale (ACSM) est l'organisation de santé mentale communautaire la plus établie et la plus vaste au Canada. Grâce à une présence dans plus de 330 communautés dans chaque province et territoire, l'ACSM offre des services de représentation, des programmes et des ressources qui aident à prévenir les problèmes de santé mentale et les maladies mentales, soutiennent le rétablissement et la résilience et permettent à tous les Canadiens de s'épanouir et de s'épanouir. Pour plus d'informations, visitez www.cmha.ca

SOURCE Association canadienne pour la santé mentale

Par yikyak