Les subventions renforcent la recherche en sciences sociales

Comment les gens non seulement se fixent des objectifs, mais les atteignent également? L'utilisation du téléphone cellulaire et des médias sociaux contribue-t-elle ou nuit-elle à la qualité de vie des personnes en relation? Et comment, pourquoi et quand la diversité affecte-t-elle les performances des entreprises dans le monde des affaires?

Ce sont quelques-unes des questions auxquelles le corps professoral des sciences sociales de Cornell répondra ce printemps, grâce au financement octroyé par l'Institut des sciences sociales. Les bourses pour petites subventions de printemps 2019 de l’ISS sont conçues pour aider les chercheurs à développer de nouvelles recherches et à rechercher un financement externe.

Douze petites subventions ont été accordées à des chercheurs en sciences sociales représentant six collèges et écoles à Cornell.

Dans le programme du Département des affaires gouvernementales et des études latino-américaines du Collège des sciences et des sciences, le professeur adjoint Sergio Garcia-Rios demandera si le discours xénophobe anti-mexicain de la campagne présidentielle de 2016 a une incidence sur l’attitude des Latinos à l’égard des politiques directement liées aux Latinos. Il émet l'hypothèse que les Latinos d'origine non mexicaine se démarquent des Latinos d'origine mexicaine en ne soutenant pas ces politiques.

Toujours dans le domaine des arts et des sciences, Abigail Cohn, professeur de linguistique, et Gregory Green, conservateur de la collection Echols sur l'Asie du Sud-Est, utiliseront leur subvention pour soutenir la recherche en sciences sociales d'étudiants gradués laotiens, qu'ils présenteront à la sixième conférence internationale. sur les études lao, les 13 et 15 juin à Cornell. La subvention subventionnera également un numéro spécial du Journal of Lao Studies tiré des actes de la conférence.

Les chercheurs du College of Human Ecology ont remporté trois prix. Adam Anderson, professeur agrégé de développement humain, et Geoffrey Fisher, professeur adjoint d’économie appliquée à la Faculté de l’agriculture et des sciences de la vie, examineront en quoi l’attention de la population dépend de sa volonté de faire des efforts et de persévérer dans la réalisation de ses objectifs. Ils identifieront également les mécanismes neuronaux impliqués.

Zhuan Pei, professeur adjoint en analyse et gestion des politiques, et Christina Korting, candidate au doctorat, étudieront une stratégie quasi-expérimentale appelée conception de discontinuité de régression. De plus en plus de spécialistes des sciences sociales utilisent cette stratégie pour évaluer l'impact des politiques, en grande partie à cause de la manière dont elle permet de représenter les données de manière graphique. Mais on sait peu de choses sur la façon dont les lecteurs perçoivent ces représentations visuelles. Les chercheurs examineront cette question et établiront des lignes directrices pour les praticiens.

Il y a dix ans, Sharon Sassler, professeure d'analyse et de gestion des politiques, a interrogé des couples non mariés qui vivaient ensemble pour comprendre comment leurs antécédents socioéconomiques influaient sur divers aspects de leurs relations. Maintenant, elle va les interviewer à nouveau, pour voir comment la classe et le sexe s'entrecroisent avec les façons dont ces couples ont ou n'ont pas décidé de se marier.

Des chercheurs du Collège d'agriculture et des sciences de la vie ont également remporté trois bourses. Au département de la communication, la professeure agrégée Natalie Bazarova et le candidat au doctorat Samuel Taylor tenteront de comprendre en quoi l’attente d’être toujours disponible par le biais des téléphones mobiles affecte la qualité de vie des personnes en couple. Offre-t-il un sentiment de sécurité ou de stress dû au fait que l’on attend en permanence de fournir un soutien aux amis et à la famille?

Wendy Wolford, vice-recteur aux affaires internationales et professeur de sociologie du développement, et Andrew Ofstehage, chercheur postdoctoral, organiseront un atelier – comprenant une conférence publique, un retour d'information sur les communications individuelles et un calendrier pour un futur volume édité et les processus biologiques liés à la terre.

Brian Dillon, professeur adjoint d'économie appliquée, étudiera les goulots d'étranglement qui empêchent les propriétaires de micro-entreprises des pays en développement de développer leurs activités. Avec sa subvention, il étudiera si les téléphones mobiles et un «annuaire» numérique de contacts et de clients potentiels élargiront les réseaux des propriétaires de petites entreprises en Tanzanie.

Jamie Perry, professeur adjoint en gestion et organisations, et Chekitan S. Dev, professeur en marketing et communication de gestion, examineront comment, pourquoi et à quel moment la diversité influe sur la performance des entreprises du Cornell SC Johnson College of Business. Malgré des décennies de recherche sur la diversité dans les organisations, on sait très peu de choses sur les mécanismes qui renforcent ou affaiblissent le lien entre la diversité et la performance d’une entreprise.

Toujours chez SC Johnson, Kaitlin Woolley, professeure adjointe en marketing, étudiera le phénomène croissant des entreprises offrant des incitations financières pour encourager les personnes à poster des avis en ligne. Elle examinera si les motivations immédiates influent sur le degré d’utilisation par les réviseurs d’un langage qui véhicule des émotions positives.

Marya Besharov, professeure agrégée de comportement organisationnel, examinera comment les «pôles alimentaires», qui regroupent, commercialisent et distribuent des aliments cultivés localement, créent un changement social en facilitant la survie et la survie des petits producteurs. en donnant aux consommateurs à faible revenu l'accès aux produits frais.

Ricardo Daziano, professeur agrégé d'ingénierie civile et environnementale à la faculté de génie, et So-Yeon Yoon, professeur agrégé de conception et d'analyse environnementale à la faculté d'écologie humaine, examineront si le fait de se trouver dans un restaurant bondé ou dans le métro change la perception de temps et comment ils prennent des décisions.

Written by yikyak