Ouverture d'une conférence sur l'éducation autochtone axée sur la revitalisation des langues

La revitalisation des langues autochtones était un thème au moment de la 12e Conférence annuelle sur l'éducation de Matawa, qui s'est tenue au Valhalla Inn à Thunder Bay, en Ontario. mardi.

Le haut-commissaire néo-zélandais au Canada, Daniel Mellsop, a prononcé un discours liminaire soulignant la stratégie de son pays en matière de langue maorie, qui vise à permettre à un million de Néo-Zélandais, soit environ 20% de la population du pays, de pouvoir exprimer des idées de base en maori d'ici 2040.

Il vise également à ce que 85% des Néo-Zélandais considèrent les Maoris comme faisant partie de leur identité nationale et que 150 000 Maoris âgés de plus de 15 ans parlent le maori aussi souvent que l'anglais.

"Nous voyons beaucoup plus de contenu maori dans le discours public et dans toutes les formes de médias", a-t-il déclaré à la salle de bal bondée. "Tous les Néo-Zélandais souhaitent utiliser plus de Maoris chaque jour et, ce qui est important, il existe des ressources très accessibles pour ceux qui veulent apprendre."

La société exerce également des pressions pour que les noms de lieux maoris et les noms de personnes soient correctement prononcés, a-t-il déclaré.

La Nouvelle-Zélande en est encore aux premiers stades de la mise en œuvre de la stratégie, a-t-il ajouté. il organise toujours des ateliers régionaux et nationaux visant à déterminer les meilleurs moyens d'atteindre ses objectifs.

"Ils sont où nous étions il y a 30 ans"

Mais il a déjà lancé une campagne de marketing social et des cours de micro-langue sur Twitter et Facebook appelés "Snap Reo", a-t-il déclaré.

La conférence de Mellsop a été suivie par un atelier intitulé La revitalisation des langues au 21e siècle, co-présenté par Aroha Watene, une ancienne éducatrice en langue maori de Nouvelle-Zélande qui aide actuellement Matawa à développer son programme de revitalisation des langues.

"En entrant dans la gestion des Premières nations Matawa et dans ce projet, je dirais qu'ils sont là où nous étions il y a 30 ans", a déclaré Watene à CBC. "Et je dis cela parce que leurs voix commencent à être entendues et que c'est ce qu'ils veulent faire, et maintenant ils le pratiquent et le font."

Aroha Watene, de Matawa First Management, discute avec Heather Kitching, de CBC, au sujet de l'élaboration d'un nouveau programme de revitalisation linguistique pour les communautés membres du nord de l'Ontario. 7h04

Watene travaille actuellement avec deux locuteurs ojibways natifs pour développer un programme adapté à leurs communautés et qui aidera les locuteurs locaux à enseigner aux membres de la communauté.

"Leur habileté est d'aider à élaborer un programme, qui sera ensuite assis aux côtés des intervenants de la communauté, et ils contribueront au programme, à leur dialecte", a-t-elle expliqué. "Les résultats d'apprentissage sont les mêmes, mais la façon dont ils le disent, les mots qu'ils utilisent, les expressions qu'ils utilisent, viendront de leur propre communauté."

Il est trop tôt pour savoir quelle langue dans chaque communauté sera le tuteur désigné, a déclaré Watene.

Mais "les chefs sont pour", at-elle ajouté.

La conférence se poursuivra jusqu'au 7 mars.

Written by yikyak