Slack communiqués S-1

David Paul Morris | Bloomberg | Getty Images

Stewart Butterfield, cofondateur et chef de la direction de Slack Technologies Inc., prend la parole lors d'un événement à San Francisco, en Californie.

Slack a publié son S-1 vendredi, ce qui en fait le dernier-né d'une catégorie très attendue de sociétés de technologie à déposer en bourse. Slack cherchera à s’inscrire directement à la Bourse de New York sous le symbole "SK".

Voici comment Slack a déclaré qu'il s'est comporté pour l'année se terminant le 31 janvier 2019:

Revenu: 400,55 millions de dollars Perte nette: 138,9 millions de dollarsÉquivalents en espèces au 31 janvier 2019: 841 millions de dollars

Voici comment Slack a signalé sa base d'utilisateurs au 31 janvier 2019:

Utilisateurs actifs quotidiens (DAU): Plus de 10 millions de clients Payé: 88 000, en hausse de 49% par rapport à l'exercice 2018 Clients payants payant plus de 100 000 USD sur la base des revenus récurrents annuels: 575, en hausse de 93% par rapport à l'exercice 2018

Slack a consacré 9,7 millions de dollars aux ventes et au marketing au cours de l'exercice clos le 31 janvier 2017 et à 8 millions de dollars l'année suivante. Cependant, la société a depuis lors réduit ses dépenses à seulement 2,7 millions de dollars au cours de l'exercice 2019. Slack prévoit de continuer à dépenser pour les ventes et le marketing, énumérant ces domaines dans le cadre de sa stratégie de croissance.

"Nous pensons que notre marché reste sous-pénétré et nous continuerons à intensifier nos efforts de marketing et de vente afin de toucher davantage d'utilisateurs et d'organisations et d'augmenter le nombre de clients rémunérés", a déclaré Slack.

La société proposera deux catégories d’actions qui consolideront le droit de vote de ses principaux actionnaires avec des actions de classe B. Les actions ordinaires de catégorie A auront droit à un vote par action, tandis que les actions de catégorie B auront droit à 10 voix par action.

Accel est le principal actionnaire de la société avec 24%, suivi par Andreessen Horowitz avec 13,3% et Social Capital avec 10,2%. Le PDG de Slack, Stewart Butterfield, détient une participation de 8,6% dans la société et SoftBank, de 7,3%.

En ce qui concerne les facteurs de risque, Slack a déclaré qu'il pourrait être nécessaire de mettre en place des systèmes coûteux pour rester en conformité avec les nouvelles lois sur les données, y compris le règlement général de l'Union européenne sur la protection des données. Slack a déclaré qu'il pourrait être nécessaire de mettre en place des systèmes capables de conserver les données personnelles des zones protégées par ce règlement, ce qui pourrait détourner des ressources d'autres secteurs de l'entreprise.

Slack fait suite à plusieurs entreprises technologiques qui ont déjà fait leurs débuts sur le marché public en 2019, notamment Lyft, PagerDuty, Pinterest et Zoom. Uber a également publié son S-1 et devrait être rendu public dans quelques semaines.

Abonnez-vous à CNBC sur YouTube.

Regarder: Entretien approfondi avec le PDG de Slack, Stewart Butterfield

Par yikyak