Utiliser le modèle de pension public pour financer les soins sociaux

Les gens devraient contribuer à leurs soins sociaux de la manière dont ils économisent pour la pension de retraite de l’Etat, a déclaré un ancien secrétaire du Travail et des pensions.

Dans un article publié aujourd'hui par le Center for Policy Studies, le député Damian Green affirme qu'il est urgent de s'attaquer au problème des soins sociaux inadéquats.

Il souligne qu'il y a actuellement 5,3 millions de personnes âgées de plus de 75 ans et que ce nombre doublera au cours des 40 prochaines années, car les personnes ne vivront pas plus longtemps, elles auront des besoins en soins plus complexes et plus coûteux.

Dans son rapport, Green propose d’adopter un «modèle de retraite public» en introduisant un nouveau droit à des soins universels garantissant à chacun un niveau de soins décent.

Les gens pourraient payer pour des soins plus coûteux en plus du droit à des soins universels en achetant un supplément de soins.

L'idée d'un supplément de soins s'apparente à une rente ou à une police d'assurance, ce qui garantit que l'argent nécessaire à des soins plus onéreux est disponible si nécessaire.

Le journal indique que cet argent pourrait provenir de personnes économisant de petites sommes tout au long de leur vie professionnelle. par le versement d’une somme forfaitaire au moment de la retraite, d’épargne ou de fonds de pension existants.

L’argent pourrait également provenir du retrait d’avoir propre chez les particuliers, ce qui pourrait éventuellement être réalisé par une réduction des effectifs ou un paiement différé lors de la vente du bien immobilier.

Green déclare: «Cela impliquerait de passer du système existant – dans lequel l'État fournit des soins via les autorités locales – à un modèle financé par l'État, dans lequel l'État verse le montant fixé pour chaque semaine ou chaque mois pendant lequel une personne âgée a besoin de soutien.

"Cela ne mettrait pas un terme à la participation des conseils à la fourniture de services sociaux, mais les libérerait d'un fardeau financier important et croissant – et transformerait les incitations qui empêchent actuellement la construction de suffisamment de foyers de soins et de maisons de retraite."

Steven Cameron, directeur des retraites d’Aegon, a commenté en réaction au rapport: «Nous sommes de plus en plus nombreux à devoir faire appel à une assistance sociale plus tard dans la vie. Le gouvernement doit donc mettre en place un moyen stable et durable de partager les coûts entre l’État et les particuliers. , en fonction de leur richesse.

«Bien que cela se soit révélé particulièrement sensible sur le plan politique, nous avons un besoin urgent de débattre ouvertement de la question de savoir comment payer pour cela, notamment du potentiel d'augmentation des impôts, réservé aux services sociaux. Idéalement, un nouvel accord gagnerait le soutien de tous les partis. "

Le gouvernement a promis à plusieurs reprises un livre vert sur les services sociaux, mais n'a pas réussi à en produire un.

Par yikyak